Accueil » Actualité » Actualité internationale » Belgique : l’interdiction de l’abattage hallal et casher, une résurgence de la « Shouina »

Belgique : l’interdiction de l’abattage hallal et casher, une résurgence de la « Shouina »

Au mois d’avril dernier les parlementaires de la majorité en Belgique sont tombés d’accord pour interdire l’abattage des animaux de boucherie sans étourdissement à partir de 2019 sur tout le territoire. C’est-à-dire, en réalité, la fin des pratiques communautaires alimentaires d’importation, étrangères aux traditions européennes, l’abattage rituel hallal et casher !

Branle-bas des lobbies des communautés d’occupation

L’Exécutif des musulmans de Belgique et l’Association juive européenne, un lobby basé à Bruxelles, ont tous deux condamné la volonté de la Belgique d’obliger les abattoirs à pratiquer l’étourdissement. Mais pour le ministre Ben Weyts, les revendications des autorités religieuses ne doivent pas influer sur la future loi : « Les règles doivent être respectées par tout le monde, quelle que soit la personne ou de croyance. En fin du compte ce sont les hommes politiques qui décident et pas les communautés religieuses et notre décision sera appliquée en toute sérénité », a-t-il indiqué.

Du côté des musulmans, on se dit prêt « à étudier toutes les pistes pouvant mener à une amélioration du bien-être animal, en diminuant autant que possible la souffrance animale. » Mais la position du Conseil des théologiens de l’Exécutif reste « inchangée à ce jour » : l’étourdissement est interdit et doit le rester. Même son de cloches du côté de l’Association juive européenne. Son responsable, Menachem Margolin, exhorte les autorités à ne pas faire d’amalgame entre abattage rituel et souffrance animale : « Arrêtons de prétendre qu’interdire l’abattage rituel cache ait quelque chose à voir avec le bien-être animal », dit-il. Selon le rabbin, estimer que le halal et le casher est contraire au bien-être animal est « douteux, déconcertant et contraire aux preuves » scientifiques.

Fin des pratiques étrangères aux traditions européennes en 2019

Néanmoins Ben Weyts a eu le dernier mot conforme à son combat contre l’abattage rituel. Les deux rituels, juif et musulman, exigent que le boucher abatte rapidement l’animal et le vide de son sang, mais le processus est condamné par les militants des droits des animaux, qui affirment que la souffrance de l’animal doit être évitée en lui faisant perde connaissance avant de le tuer.

Le comité de l’environnement du Parlement de la région de Wallonnie (sud de la Belgique) a voté l’interdiction de l’abattage des animaux selon les méthodes musulmane et juive. Et une législation similaire a été proposée par le Parlement dans la région flamande. L’interdiction devra entrer en vigueur à partir du mois de septembre 2019.

L’interdiction de l’abattage rituel comme résurgence de la « Shouina »

Quoi qu’il en soit, cette interdiction de mœurs barbares extra-européennes n’est évidemment pas du gout des lobbys précités. Le Congrès juif européen a immédiatement réagi en fustigeant, sans plaisanter, l’antisémitisme caché de cette décision qui serait une invitation aux juifs à quitter la Belgique.

Moshe Kantor, président du CJE, a lancé les lamentations :

« Cette décision, qui frappe le cœur de l’Europe occidentale et le centre de l’Union européenne, envoie un message terrible aux communautés juives de tout le continent à savoir que les Juifs ne sont pas désirables. Cette interdiction attaque le noyau même de notre culture et de notre pratique religieuse et notre statut de citoyens avec des droits égaux, dans une société démocratique. Elle alimente d’antisémitisme et encourage ceux qui sont intolérants envers les autres communautés et leurs croyances. »

Et Kantor n’a pas hésité à brandir l’argument ultime de « la Chouina » pour tenter de discréditer la mesure et en obtenir l’abrogation :

« Nous appelons les législateurs à renoncer à la plus grande attaque contre les droits religieux juifs en Belgique depuis l’occupation nazie du pays lors de la Seconde Guerre mondiale. Le Congrès juif européen et ses affiliés sont solidaires de la communauté juive de Belgique dans sa lutte pour conserver ses libertés religieuses les plus fondamentales.  Nous ne n’aurons de cesse de lutter contre cette interdiction jusqu’à ce qu’elle soit annulée, afin que les Juifs d’Europe puissent pratiquer leur culte et respecter leurs lois alimentaires ce qui est leur droit le plus élémentaires »

Pour le Rabbin Pinchas Goldschmidt, haut représentant du judaïsme politique en Europe, « l’attaque contre la liberté religieuse pour les juifs et les musulmans est à son apogée. L’Europe chante toujours, « Juifs, dehors!  ». La décision d’interdire l’abattage casher est un appel aux Juifs, est une incitation au départ ».

Saluons la courageuse décision de la Belgique et souhaitons que les autres États d’Europe prennent exemple. Il conviendra ensuite de s’attaquer au bannissement des pratiques beaucoup plus graves et dangereuses de circoncision rituelle, non seulement contraires aux mœurs européennes mais également problématique du point de vue médical et hygiénique…

Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+2Share on LinkedIn0Email this to someone

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?