Accueil » Actualité » Actualité internationale » Les attentats de Damas

Les attentats de Damas

Les attentats de Damas. Par Pierre Dortiguier

 

Le terrorisme est une arme israélienne, sioniste ou révolutionnaire dans cette même mouvance d’intimider  le peuple : c’est ainsi que la Révolution s’est imposée en Russie avec une minorité active, bien structurée et nous le constatons dans deux types d’attentats, ceux d’Irak et de Syrie d’un côté, et moins visible et tout aussi redoutable, ceux ayant visé en Iran des savants, tout comme en Irak où biologistes, physiciens et autres spécialistes furent abattus systématique sous le gouvernement de Bremer !

Les deux derniers attentats de Syrie interviennent alors que l’armée bat la rébellion, qui est l’équivalent des Rojos, des rouges de la guerre d’Espagne ! Et le fanatisme, aidé de la drogue mise au point par les laboratoires US ou assimilables, se propose de démoraliser le peuple. Il faut relever que les autorités iraniennes avouent l’existence de pareils réseaux sur le territoire de l’ancien Empire.

Ceux qui sont familiarisés avec l’histoire réelle de l’Orient, et délaissent  les fables convenues, savent bien que le mouvement prétendu spirituel du Babisme ou Bahisme désignant quelque visionnaire se prétendant la porte, en arabe Bab, du Paradis, la voie vers Dieu, a au XIXème siècle secoué l’Iran, qui était alors la Perse (le  nom ayant changé en 1935, après que l’année précédente ait été consacrée à célébrer le millénaire de la mort du prince des poètes, l’Homère des Persans, Firdousi, et par allusion aux Aryens source et fédérateurs de peuples distincts mais  aux mœurs semblables fondées sur l’honneur (allemand, die Ehre, selon la comparaison que fait Gobineau qui vécut en Iran comme chef de Légation). Ce mouvement terroriste né du fanatisme et de l’ambition fut repris et cajolé par les Britanniques et le siège, fort riche,  s’en trouve être Haiffa, depuis le mandat britannique de Palestine.

Michel Aflak

La caisse du terrorisme est, comme chacun sait, en Arabie saoudite ou au Qatar, et plus exactement au sein d’une organisation terroriste ramifiée et secrète, la fraternité musulmane, la Muslim Brotherhood créée de toute pièce par les Britanniques, par antifascisme, en effet, pour paralyser les mouvements nationalistes arabes en leur proposant un radicalisme religieux tout artificiel et dont la Mecque est la City de Londres. C’est cette fraternité, sur le mode maçonnique, qui s’en prit à Nasser, et que le Bassisme syrien et irakien a écrasé ; d’où sa revanche. Souvenons-nous que le fondateur du Baath, Michel Aflak (dont la dépouille a été enlevée et jetée par les autorités d’occupation américains !) , né chrétien fut un élève d’Emmanuel Mounier à la Sorbonne, lequel maître grenoblois envoya mes propres maîtres de grec et de latin d’Henri IV, alors étudiants en philosophie et normaliens de la rue d’Ulm au séminaire de Heidegger en 1934, qui portait sur l’idée de l’État. Inutile de préciser qu’à leur retour en France nos chers maîtres se virent notifier par le dictateur d’alors, des études à l’École Normale, Léon Brunschwicg qu’ils pouvaient dire adieu à l’agrégation de philosophie, ce qui leur fit prendre la route des lettres classiques. Tout ceci pour dire, tel maître, tel élève et c’est la suite de Michel Aflak que le terrorisme « islamique » veut éradiquer, punir d’avoir offensé non pas Dieu, mais bien la Grande Bretagne et sa colonie US.

Ces gens du peuple, ces fonctionnaires et militaires syriens et irakiens sont vraiment des martyrs ou témoins de la foi patriotique et religieuse. Au lieu d’aller quémander de l’aide et une assistance publique étrangère, choisir l’hétéronomie, ils ont au contraire voulu défendre leur patrie : c’est eux qui sont le bon exemple pour le monde oriental chrétien et musulman ou libre penseur mêlés ! Tout le reste est une fabrique d’explosifs que l’on donne à des aliénés, qui se sont fait et se feront la main ailleurs, quand le « parti » ou le néo bolchevisme prétendu islamique, en aura donné l’ordre !

65ème anniversaire du parti Bass à Damas en 2012

Un député du Parlement iranien, du Mesjli, comme on l’appelle traditionnellement, car le Parlement est une ancienne institution qui désignait les rois, puisque ceux ci, dans le Chiisme, sont des locataires de leur palais et non des propriétaires, le vrai étant Dieu, mais député juif a traité Netanyahou d’illuminé, de boucher du peuple palestinien. Être minoritaire conserve la raison, direz vous ! Oui, mais ce n’est pas un homme qui fait tout, ni deux, ni un parti, c’est une organisation plus ample sans laquelle ces deux attentats et ceux à venir ne sauraient être préparés et minutés.

Pierre Dortiguier

Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+1Share on LinkedIn0Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?