Accueil » Culture » John Amery 14 mars 1912 – 19 décembre 1945

John Amery 14 mars 1912 – 19 décembre 1945

John Amery est né à Chelsea le 14 mars 1912,  de Leo Amery, membre du Parlement et ministre de gouvernements conservateur.
Après ses études, il lance dans une carrière dans la production cinématographique.   Il créé un certain nombre de sociétés indépendantes, qui l’ont rapidement conduit à la faillite.
 Il quitte la Grande-Bretagne de manière permanente pour vivre en France  après avoir été déclarée en faillite en 1936.
A Paris, il rencontre Jacques Doriot, avec qui il voyage en Autriche,  en Italie et en Allemagne pour assister aux résultats du fascisme dans ces pays.
En Septembre 1942, Hauptmann Werner Plack fourni a Amery le passeport  dont il a besoin pour quitter la France.   Amery va à Berlin pour parler au Comité des Anglais en Allemagne.
C’est à cette époque que Amery suggère que les Allemands devraient envisager  de former une légion antibolchévique britannique.
Adolf Hitler est impressionné par Amery et lui permet de rester en Allemagne  en tant qu’invité du Reich
.
Pendant cette période, Amery fait une série d’émissions de radio de propagande,  en demandant aux prisonniers de guerre Britanniques à se joindre à la guerre
contre le communisme.

Discours de John Amery à Paris 1944

La première campagne de recrutement de Amery pour ce qui est initialement appelé  la Légion britannique de Saint-Georges l’emmène à Saint-Denis,  ou se trouve un camp de prisonnier de guerre.   Amery s’adresse à 50 détenus de divers pays du Commonwealth britannique.   Ce premier effort de recrutement est un échec complet.

Brochure de John Amery, 1943.

L’unité est formée en Octobre 1943, est officiellement rebaptisé le SS British Free Corps.

Amery continue à diffuser de la propagande  et à écrire de Berlin jusqu’à la fin de 1944.   Il se rend en l’Italie du Nord pour apporter son soutien à la République de Salò.

Amery est capturé dans les dernières semaines de la guerre par les partisans italiens,  qui le livre aux autorités britanniques.
En novembre 1945, Amery est jugé pour trahison.   Lors d’une audience préliminaire, il fait valoir qu’il n’avait jamais attaqué
la Grande-Bretagne et était un anti-communiste.  Amery plaide coupable à huit chefs d’accusation de trahison.   Il est immédiatement condamné à mort.  L’ensemble des procédures ont duré huit minutes.
Amery est pendu par Albert Pierrepoint, assisté par Henry E. Critchell,  dans la prison de Wandsworth à 09h00 le mercredi 19 Décembre 1945.   Quelques heures plus tard, le même jour, le corps de Amery est enterré   dans une tombe anonyme dans le cimetière de la prison de Wandsworth.
En 1996, après la mort de sa mère, la famille fait exhumée et incinéré son corps  et l’a dispersé en France selon la demande d’Amery lui-même…

Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+1Share on LinkedIn0Email this to someone

Commentaires (1)

  1. Aldino Di Kalla dit :

    Même si « une certaine partie » de l’église catholique à renoncé à convertir les juifs; dieu s’en occupera lui même.

    Il n’y a jamais eu autant de conversion de juifs au christianisme.

    D’après une étude de 800 consistoires juifs européens le taux d’assimilation juif en Europe est de 82% et cette étude cite : dans trois générations à ce rythme il n’y aura plus de communauté juive en Europe  » voir cette étude de l’assimilation des juifs sur internet. L’assimilation est de 70% en Amérique du Nord.
    Ce que le seigneur veut il le fait et aucune conspiration ne peut s’opposer à lui.
    Bientôt le monde occidental sera totalement chrétiens n’en déplaise au « pape » qui aura plus aucun rôle dans peu de temps car l’avènement du Christ est proche et inéluctable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?