Accueil » Actualité » Actualité française » À Nice, l’État impuissant contre le traître Herrou tente de faire taire ceux qui dénoncent l’invasion

À Nice, l’État impuissant contre le traître Herrou tente de faire taire ceux qui dénoncent l’invasion

Une nouvelle fois le traître Cédric Herrou bénéficie d’une scandaleuse et suspecte impunité. Pour les lecteurs de Jeune Nation, il n’est pas un inconnu. C’est ce traître à son pays, installé dans la Vallée de la Roya entre Nice et l’Italie, devenu la figure emblématique du combat des gaucho-libertaires antifrançais en organisant le passage des envahisseurs bloqués à la frontière franco-italienne, à Vintimille.

Le 13 septembre dernier il a été remis en liberté, sans être déféré au parquet après sa garde à vue, la septième. Il était accusé de « violences aggravées et séquestrations » par un Éthiopien, condamné à huit mois de prison (pour avoir importé en France des compatriotes envahisseurs contre une promesse d’argent). Détail de l’histoire : c’est Herrou qui, sans craindre de rejouer les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire, a dénoncé et livré le passeur aux gendarmes… Somme toute, une banale histoire de vengeance entre concurrents, sur le marché de l’organisation et de l’encouragement à l’invasion ?

Quoi qu’il en soit, c’est à un véritable trafic d’envahisseurs, pudiquement désignés comme « migrants », que Cédric Herrou et ses disciples se livrent depuis plusieurs années dans l’impunité ! Malgré la récidive, les enquêtes, les plaintes et les gardes à vue, les procès se font rares et les condamnations ne tombent pas. Les procédures se concluent en bienveillantes amendes et en peines avec sursis, prononcées par des tribunaux que l’on sait gangrénés par l’extrême-gauche du Syndicat de la magistrature…

On a connu des préfets et des procureurs plus diligents et plus acharnés contre d’autres militants. Notamment les militants nationalistes qui, eux, ne travaillent pas à encourager la submersion migratoire de notre pays avec ses dramatiques conséquences : insécurité, ruine, dilution de l’identité et, au final, disparition des peuples européens.

Ainsi, les autorités parfaitement informées des agissements du traître Herrou ne semblent pas animées d’une volonté nette de les faire cesser. Et même bien au contraire. Conscientes de leur crasse incurie qui confine à la complicité, les autorités tentent maintenant de s’en prendre à ceux qui dénoncent Herrou et son système de soutien aux envahisseurs.

La répugnante alliance d’Herrou et de l’État contre « A Vugi d’a la Roya »

En effet, des habitants de la vallée, révoltés de l’invasion grandissante, effarés par le viol permanent de la loi, doublé de l’impuissance (organisée ?) de l’État, ont décidé de réagir et de se rebeller. Par la plume, soyez rassurés. Ils publient et distribuent donc désormais dans la vallée un journal, « A Vugi d’a la Roya », anti-migrants et anti-gauchistes. Le premier numéro a été tiré à 5 000 exemplaires le 24 juillet dernier. Gratuit et disponible chez les commerçants de la vallée, il est devenu extrêmement populaire auprès de la population royasque qui en a marre d’Herrou et de son trafic d’êtres humains sous couvert d’une générosité bien hypocrite et sulfureuse. Ainsi un dossier était consacré aux « hippies réacs en Roya », au « réseau passeur d’Herrou » ce militant « bwana des migrants ».

Ulcérés, Herrou et vingt-deux autres libertaires gauchistes immigrationnistes baboucholâtres, se sont rués… à la gendarmerie (sic !) pour déposer une plainte contre les responsables de la publication et contre ceux des commerçants qui ont accepté de la mettre à disposition dans leur échoppe. Motif : ils se sentent diffamés, insultés et leur droit à l’image violé…

Une plainte pénale doublée d’une procédure en référé contre quatre des commerçants pour tenter de faire interdire la diffusion. Les plaignants réclament le retrait de « A Vugi d’a la Roya » dont le ton et la dénonciation de leurs turpitudes leur déplait. Le 8 septembre, Herrou et ses affidés ont heureusement été déboutés du référé et même condamnés à rembourser une partie des frais que leurs adversaires ont exposés. Bien maigre consolation quand même.

Mais la plainte pénale, elle, a été rapidement traitée par le parquet qui a ouvert une enquête préliminaire confiée à la gendarmerie de Menton. Car le journal, qualifié de « brûlot » par le procureur de leur république à Nice, n’aurait pas fait l’objet d’un dépôt légal. Et ce procureur, Jean-Michel Prêtre, qui n’a pas laissé traîné, n’a pas caché son indignation et le grand danger que « A Vugi d’a la Roya » fait courir à la paix publique : « Les articles sont agressifs, avec un ton polémique voire ordurier. C’est une publication de nature, certainement, à troubler les relations entre les personnes et peut-être même l’ordre public. ». Pas comme Herrou et ses complices qui apportent aide et assistance aux envahisseurs parmi lesquels il ne se glisse bien sûr aucun profiteur, voyou, ou soldat du califat ?

Et le procureur précise que « à la fois ceux qui en sont les auteurs et ceux qui le distribuent pourront faire l’objet de poursuites pénales ». Étrange conception, juridiquement peu fondée ! Désormais, dès que le quotidien libertaire « Libération » ou l’hebdomadaire gaucho-bobo « l’Express » seront condamnés pour diffamation, ce sont les 10 000 marchands de journaux français qui seront condamnés pour « complicité » ? Et quand ce sera le gratuit « 20 minutes », on traduira devant les juges les porteurs, les livreurs, et mêmes jusqu’aux bancs de Paris qui portent les liasses de journaux ?

Le traître Herrou récompensé comme fidèle serviteur du judaïsme politique

Mais cette complaisance, et même clémence, à peine voilées, des autorités de leur république pour Herrou et sa bande de traîtres, ne sont peut-être pas gratuites. On apprenait en effet au printemps dernier que Cédric Herrou a reçu le prix 2017 de la LICRA pour « mettre en valeur et récompenser l’action et l’engagement d’individus qui, chacun à leur niveau ont permis l’accueil de réfugiés en Europe ».

Ainsi, la LICRA, ce lobby raciste anti-blancs des colons juifs qui occupent notre pays, non seulement encourage à la violation de la loi mais encore ne cache même plus sa volonté de submerger notre continent avec des millions d’envahisseurs extra-européens.

On a ainsi encore une confirmation – s’il en fallait une autre –, avec les agissements d’un de ses bras armé, la LICRA, que le judaïsme politique travaille au génocide des européens par l’action conjuguée, entre autre, de l’immigration-invasion et de l’avortement.

Le combat nationaliste sincère ne peut donc passer que par la dénonciation de cette complicité-asservissement entre le pouvoir étatique, l’immigrationnisme libéral ou gauchiste et le judaïsme politique.

Et nous mettons en garde nos lecteurs contre des hommes et organisations se prétendant patriotiques et judéo-compatibles mais qui n’envisagent qu’un aspect du combat. En s’engageant uniquement dans la lutte contre une religion (certes étrangère à nos mœurs et n’ayant rien à faire sur notre sol), en « oubliant » les responsables de l’invasion, ils sont distraits du combat essentiel et total pour mettre à bas le système et ses véritables maîtres !

Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone
Pierre Olivier

Commentaires (5)

  1. Pierre C. dit :

    Bonjour,

    Ce journal est-il téléchargeable ou consultable en ligne ?

    (il semble que l’adresse gmail associée soit fausse ou déjà été supprimée par Google)

    Cordialement,
    Pierre C.

  2. HUGUEL dit :

    Tiens c’est bizarre personne n’a pas encore osé lui foutre une bonne raclée à ce traître
    semeur de merde?

  3. Alberto Da Giussano dit :

    [Posté depuis Bergamo – Italie du Nord] *

    Tiens le revoilou notre taré post-1968 au regard halluciné …
    Alors juste le conseil amical d’un rital identitaire qui respecte son pays et le sien pour de vrai, lui :
    HOLÀ CÉDRIC HERROU … OUI C’EST BIEN À TOI QUE JE M’ADRESSE …
    Ecco :
    Je connais malheureusement les us et coutumes des divers ‘’scafistes’’ (trafiquants) qui comme toi vivent de la traite négrière.
    Qu’ils soient maghrébins, libyens, turcs, kurdes, albanais ou même mafiosi italiens ; au moins eux n’ont pas la malhonnêteté de revendiquer faire ce très lucratif trafic (merci Soros, merci Bruxelles !) par ‘’humanisme’’ (l’humanisme étant une chose qu’ils méprisent ‘’religieusement’’) … mais tout simplement pour en tirer un paquet de pognon.
    Fait bien gaffe à toi HERROU car pour eux, qui ne répugnent pas non plus à pratiquer le proxénétisme, tu ne vaux pas mieux qu’une tarée qui irait faire des passes gratuitement au bois de Boulogne… **
    Le jour où tu auras fini de leur faire du buzz par l’appel d’air que vous provoquez, en Afrique et ailleurs, à vous tout seuls, toi et les tiens façon Bové, et que tu ne leur occasionneras plus qu’un ‘’manque à gagner’’, je ne te décris même pas avec quel mépris et avec quelle jouissance ils te découperont, encore tout vivant, en rondelles avant de les jeter en s’esclaffant de rire dans quelque fosse putride.
    Point final de ta triste ‘’carrière’’.
    Ce n’est sûrement pas les trois navets et quatre carottes pouraves que d’aucuns t’ont vu une fois ou deux (mais pas plus) essayer de vendre sur un marché local qui doivent suffire à assurer tes nombreux frais de justice, d’hébergement et de transport de migrants clandestins ?
    CELA EST FINANCIÈREMENT TECHNIQUEMENT IMPOSSIBLE !

    ** Gratuitement ?

    * Je suis italien du nord (de Lombardie), sympathisant de Forza Nuova, et fier de l’être !

  4. Jésus dit :

    Comme c’est étrange: je ne trouve aucune source confirmant vos accusations à l’encontre de M. Herrou. Vous vivez donc dans un monde imaginaire, manipulés par de sombres esprits dénués de toute éthique. Quelle honte et quel gâchis!

    Vérifiez vos informations!

  5. Claude Roland dit :

    Les sources confirmant les accusations contre Herrou sont bien évidemment occultées soigneusement. Mais il y a bien eu un reportage pour montrer ses méfaits qui a dû être effacé aussi. Il est certain que cet idiot utile, après usage, sera égorgé et jeté en pâture à ses propres cochons, car il reste un blanc non-musulman, donc à exterminer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?