Accueil » Actualité » Actualité française » Yemen : la France complice de la criminelle coalition saoudienne

Yemen : la France complice de la criminelle coalition saoudienne

Dans la terrible guerre du Yémen, quel rôle la France joue-t-elle? Celui de l’humanitaire, alors que Paris devrait recevoir dans une semaine une conférence internationale sur la situation au Yémen? Celui de l’arbitre, jouant les bons offices entre loyalistes et rebelles? Ou celui de l’hypocrite, soutenant l’un des belligérants? Éléments de réponse.

La guerre au Yémen, guerre par procuration ! Elle oppose des forces progouvernementales appuyées par une coalition dirigée par l’Arabie saoudite à des rebelles chiites soutenus plus ou moins directement par l’Iran. Moins connue est l’implication directe des pays occidentaux.

Si la présence des «Green Berets», les forces spéciales américaines, en territoire yéménite a été révélée à plusieurs reprises par la presse anglo-saxonne, notamment en mai dernier, la présence de la France est plus obscure. Paris prend-elle directement part à ce conflit qui entraîne, selon l’ONU, «la pire crise humanitaire du monde»?

Les forces gouvernementales yéménites et celles de la coalition ont lancé l’assaut sur Hodeïda (ou Al Hudaydah), ville de 600.000 habitants tenue par les rebelles Houthis, le 13 juin dernier. Véritable cible des assaillants, le port d’Hodeïda est le poumon du Yémen et le point névralgique de cette guerre parce qu’il y transite 70% des ressources humanitaires destinées au 22 millions de Yéménites. Deux jours plus tard, le 15 juin des sources émiraties révélaient que la France allait contribuer au déminage des infrastructures portuaires.

Un peu embarrassé, le Ministère des Armées a finalement admis qu’une «action de déminage des accès au port d’Hodeïda après la fin des opérations militaires est donc actuellement à l’étude». Après la fin des opérations militaires orchestrées par les forces progouvernementales ou «pro-régime» soutenues par la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Cette attente précise cependant la position de la France dans ce conflit. Si l’information n’a pas été officiellement authentifiée, George Malbrunot, grand reporter au Figaro, la confirme et affirme de plus que des forces spéciales seraient sur place, et ceux depuis plusieurs mois.

La coalition menée par l’Arabie saoudite mène des bombardements intensifs contre la population.

Ces révélations ont cependant été démenties par Florence Parly le 17 juin puis le 18 par le Ministère des Armées affirmant qu’«il n’y a pas de forces françaises au Yémen» et enfin par Anouar Gargash qui soutient aussi qu’«il n’y a pas de forces françaises». Le chef de la diplomatie émiratie ajoute: «j’ai mentionné le fait qu’il y avait une proposition française pour nous aider à dégager les mines terrestres quand le moment sera venu».

Si l’on reste donc dans l’expectative, la position française reste vraiment ambiguë, et cela ne date pas d’hier. Déjà en mars 2016, selon des informations de la Lettre de l’Océan Indien, reprise par Orient XIII, la marine française aurait remplacé temporairement la flotte émiratie partie en maintenance. La marine des Émirats arabes unis, qui précisons-le, orchestre le blocus qui affame une population. Et, pour prendre la pleine mesure de la relation de premier ordre que la France entretient avec l’Arabie saoudite, premier belligérant dans la guerre au Yémen, précisions qu’en 2009 déjà, Paris avait livré à Riyad des images satellitaires pour que son allié puisse dominer les insurgés zaydites, les rebelles houthis. L’implication de la France n’est donc pas nouvelle.

Mais pour revenir à l’actualité, nous apprenons ce 19 juin, une nouvelle fois par George Malbrunot, que l’ambassadeur de France au Yémen, Christian Testot, se rendra avant la fin de la semaine dans la capitale yéménite pour rencontrer la partie houthie, qui contrôle la ville.

Paris va donc peut-être devoir s’expliquer sur son implication dans ce conflit et à défaut, va tenter de jouer un rôle d’intermédiaire. Mais à partir du moment où l’Arabie saoudite et surtout les Émirats arabes unis sont des alliés extrêmement proches de la France, que le gouvernement et l’armée français semblent intervenir à leurs côtés directement, on imagine mal que Paris puisse tenir une mission d’arbitre dans ce conflit.

En dehors de ce possible arbitrage, on s’aperçoit qu’Emmanuel Macron tente de prendre le leadership de l’enjeu humanitaire dans cette crise. Outre donc le possible «déminage du port d’Hodeïda à des fins humanitaires», la France devrait accueillir une grande conférence internationale, coparrainée par le leader de la coalition qui bombarde quotidiennement le pays, l’Arabie saoudite.

Si cette annonce avait été plutôt bien reçue, lors de son annonce le 10 avril dernier, et ce malgré la dénonciation des ventes d’armes de Paris à Riyad, quatorze ONG s’en sont offusquées le 13 juin, dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, considérant «inconcevable» la tenue de cette conférence. Si cette pression médiatique n’est pas parvenue à faire annuler cette réunion internationale, l’étau semble se resserrer autour des autorités françaises. Et c’est justement son implication dans la guerre au Yémen et les révélations de ces dernières semaines qui menaceraient directement l’Élysée et Matignon.

Tout d’abord ce sont les ONG concernées par le drame qui se joue au Yémen, qui pressent l’État à revoir sa politique dans la péninsule arabique. Amnesty International, qui avait déjà pointé du doigt le rôle de la France au Yémen, a révélé ce lundi 18 juin que Paris n’avait toujours pas «remis au secrétariat du Traité sur le commerce des armes (TCA) son rapport annuel sur ses livraisons d’armes en 2017», alors que la date limite est dépassée de plus de vingt jours. Pour rappel, le TCA est un traité des Nations unies, pour éviter la vente d’armes à un pays susceptible de commettre des atteintes aux droits de l’homme, génocides ou crimes contre l’humanité.

Si d’importants pays exportateurs d’armes ne l’ont pas signé ou ratifié, la France l’a fait et elle a même été à l’initiative de ce traité international. Les ventes d’armes de la France aux pays membres de la coalition, Arabie saoudite et Émirats arabes unis en tête, pourraient donc être illégales au regard de ce traité et aussi contreviendrait à la position commune 2008/944/PESC du Conseil de l’Europe et aux critères détaillés dans l’article 2: «respect des droits de l’homme dans le pays de destination finale et respect du droit humanitaire international par ce pays».

De plus, et comme le souligne justement Amnesty International dans sa publication, l’exécutif français manquerait à ses engagements au regard de la loi française. En effet, ce rapport annuel de vente d’armes du Ministère de Armées aurait dû être présenté au Parlement. Mais au-delà de son manque de communication, l’exécutif est incriminé pour son manque de transparence. Si ces rapports annuels sont très souvent critiqués pour leur opacité, certains parlementaires poussées par des ONG, utilisent leur pouvoir afin de demander des comptes à l’exécutif.

Sébastien Nadot, député LREM de Haute-Garonne et Président du groupe d’amitié France-Yémen, a pris conscience qu’aux États-Unis, ce sujet se retrouvait au cœur des discussions, si bien qu’en mars dernier, 44% des sénateurs américains avaient voté une résolution demandant l’arrêt de l’aide militaire américaine aux membres de la coalition arabe. En Angleterre, le Parlement a connu des débats houleux, tout comme le Canada, la Belgique, etc. Enfin le Parlement européen, rappelons-le, avait adopté en novembre dernier avec un score sans appel, une résolution non contraignante dont le but était de dénoncer la politique d’un de ses membres, la France.

Des militants des rebelles houthis manifestent à Sanaa, trois ans après l’entrée de la coalition arabe dans le conflit au Yémen.

Regroupant derrière lui une trentaine de députés, Sébastien Nadot a donc demandé l’ouverture d’une commission d’enquête sur la vente d’armes au Yémen. Si le système législatif agit souvent avec lenteur, les dernières révélations (contrats d’armements, aide au déminage et forces spéciales) pourraient accélérer la procédure. D’autant plus que, si des forces spéciales françaises sont bien en territoire yéménite, le Président de la République sera directement attaqué puisqu’il aurait dû en référer au Parlement.

Enfin, c’est peut-être une toute autre histoire, digne des «Secrets de la mer Rouge», qui dévoilera davantage l’implication de la France dans la guerre du Yémen. Après enquêtes et recherches, un bateau, probablement de pêche, aurait accosté dans le port d’Hodeïda dans la nuit du 2 au 3 juin dernier. Subissant une forte tempête, manquant d’eau, le pécheur ou le plaisancier, prénommé Alain, aurait été contraint de faire escale sur le territoire yéménite, comme le précise la Société yéménite des ports de la mer Rouge dans un communiqué. En route pour Djibouti, Alain serait reparti quelques jours après. Mais depuis le 10 juin, d’après un journal égyptien, la famille d’Alain n’aurait plus de nouvelle de lui.

Le 16 juin, dans un tweet, le président du Comité révolutionnaire donc chef des Houthis, Mohammed Ali Al-Houthi signale que ses forces armées auraient arrêté un bateau étranger. Si la presse en faveur des rebelles s’est servie de l’actualité pour affirmer, sans preuve, que ce bateau serait français et occupé par des forces spéciales, aucune information supplémentaire ne permet auj urd’hui de faire la lumière sur cette étrange affaire de bateau arraisonné.

De là à imaginer qu’Alain, citoyen français serait retenu par les forces Houthis, qui se battent contre les forces gouvernementales, appuyées par la coalition, allié et partenaire de la France? Le journal égyptien, irait dans ce sens- «enlèvement de ressortissants étrangers»-, mais précisions que l’Égypte fait partie de la coalition arabe contre les Houthis.

Ajoutons pour conclure que la guerre au Yémen est aussi une guerre d’information et que la manipulation médiatique est une arme. Donc, alors qu’Hodeïda devrait être reprise par les forces gouvernementales et que des forces françaises œuvreraient en territoire yéménite, cette information est peut-être plus qu’une coïncidence ou un simple bobard.

Source : Sputnik

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
16Share on VK
VK
Share on Google+
Google+
0Share on LinkedIn
Linkedin
0Email this to someone
email
Pierre Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?