Accueil » Actualité » Actualité internationale » Début des pourparlers entre les deux Corées, un crachat au visage de Washington?

Début des pourparlers entre les deux Corées, un crachat au visage de Washington?

Suite aux discussions intercoréennes, Pyongyang a proposé d’envoyer ses athlètes et une délégation de haut rang aux prochains Jeux olympiques en Corée du Sud, qui se tiennent du 9 au 25 février.

Bien que les pourparlers aient fait augmenter l’espoir d’une détente des relations entre Séoul et Pyongyang, les conservateurs sud-coréens craignent que le Nord profite de l’événement sportif pour éviter les sanctions internationales, semer la discorde entre les Sud-Coréens et creuser un fossé entre Séoul et Washington.

Cependant, il reste encore des inquiétudes concernant la sécurité lors des Jeux Olympiques, surtout sur fonds des relations instables entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Des amateurs du sport ont même lancé l’appel au gouvernement nord-coréen de s’abstenir des essais nucléaires lors des Jeux à Pyeongchang.

Néanmoins, Kim Jong-un semble vouloir renforcer sa dissuasion atomique et poursuivre les tests nucléaires.

La Corée du Nord a procédé ces derniers mois à plusieurs lancements de missiles et en septembre à un sixième test nucléaire, le plus puissant à ce jour. Dans son message de Nouvel An, Kim Jong-un a assuré que la Corée du Nord accéder au statut d’État nucléaire.

L’émissaire américaine aux Nations unies Nikki Haley avertit que les États-Unis n’accepteront jamais une Corée du Nord dotée de l’arme nucléaire.

« Ils doivent cesser leurs essais. Ils doivent avoir la volonté de discuter de l’interdiction de leurs armes nucléaires », a-t-elle souligné.

Le régime de Kim Jong-un n’est pourtant pas prêt à abandonner son programme nucléaire car c’est un grand atout face aux puissances nucléaires.

En effet, la pression internationale convainc Pyongyang de l’hostilité des États-Unis à son égard. D’après les fonctionnaires nord-coréens, la possession d’arsenal nucléaire est la seule clé de survie pour leur pays. Le «succès» des derniers tirs balistiques rapproche un peu plus Pyongyang de l’acquisition d’une force de dissuasion crédible.

Force est de constater que tout cela sape l’autorité de la Maison Blanche dont la stratégie se montre inefficace jusqu’à ici. Donald Trump a certainement perdu cette manche décisive.

Maria Haros

Pierre Olivier

Commentaires (1)

  1. cam1990 dit :

    Bravo ! Je suis vraiment très agréablement surpris de voir qu’il existe encore d’authentiques nationalistes qui estiment, à juste titre, que le Corée du Nord doit pouvoir disposer de l’arme nucléaire, afin de peser comme contre contre-pouvoir vis-à-vis du mondialisme !

    Et pas seulement des pseudo-dissidents comme les gens d’E&R ! Là où d’autres dissidents tout aussi factices, comme la bande à Suavelos, passent leur temps à cracher sur la Corée du Nord tout en se couchant devant l’hyper-puissance américaine et l’état hébreu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?