Accueil » Actualité » Actualité internationale » Eloge funèbre du Professeur Robert Faurisson par Mgr Richard Williamson

Eloge funèbre du Professeur Robert Faurisson par Mgr Richard Williamson

Une vie de Héros

Merci, cher Professeur, pour votre noble vie. Désormais le repos, loin des ignominies.

Le 21 octobre dernier, le Professeur Robert Faurisson est décédé à Vichy  (France). Avec lui, s’est éteint l’un des rares héros dont notre pauvre  monde moderne pouvait encore s’enorgueillir. C’était un vrai héros car  il fit preuve, dans notre monde menteur, d’un courage sans faille et  d’une rectitude scrupuleuse pour la vérité, alors qu’il traitait une  question revêtant une importance déterminante pour toute l’humanité. Son  courage pour défendre la vérité lui valut la perte de son emploi, les  souffrances de sa famille, dix agressions physiques dont l’une l’a  laissé pour mort, l’isolement professionnel et une interminable série de  procès de la part d’ennemis acharnés. Néanmoins, il sut toujours  observer envers eux politesse et respect. Ce style de vie, il le  maintint pendant plus de 40 ans, sans jamais hésiter dans son service de  la vérité.

Il est mort au champ d’honneur. Il venait tout juste de rentrer chez  lui, après avoir donné une dernière conférence publique dans la ville où  il est né, il y a de cela près de quatre-vingt-dix ans, à Shepperton, en  Angleterre. Ce devait être son chant du cygne. Il eut encore ce jour-là  une conversation avec un ami italien qui nous confie ceci : « Le  Professeur était clairvoyant, équilibré et se tenait bien droit comme à  l’accoutumée. Mais il était fatigué, très fatigué, si fragile qu’il  semblait presque transparent. Il avait le sentiment que sa tâche était  terminée. De fait, cet homme, d’une bravoure incomparable, avait bien  accompli sa mission. » Et l’ami poursuit : « Il laisse derrière lui une  immense contribution à la cause Révisionniste (…) Des ennemis remplis  de haine ont cherché à l’empêcher d’écrire, même de vivre ; mais il  s’est toujours relevé, sans peur, ne s’écartant pas d’un iota dans sa  quête de la vérité. »

Beaucoup de lecteurs de ces « Commentaires » savent ce qu’il faut  entendre par « Révisionnisme », et pourquoi son importance concerne tout  le monde, catholiques y compris. Comme l’a dit George Orwell, « Le moyen  le plus efficace de détruire les gens est de nier, puis d’anéantir, la  compréhension qu’ils ont de leur histoire. » Les Révisionnistes sont des  historiens qui constatent aujourd’hui, partout dans le monde, des gens  en train de se faire détruire par une version mensongère de leur  histoire, en particulier par les falsifications concernant la Seconde  Guerre mondiale. C’est pourquoi les Révisionnistes font tout ce qui est  en leur pouvoir pour en rétablir la vérité. Car (encore une citation  d’Orwell) : « Qui contrôle le passé contrôle le futur… », ce qui veut  dire que celui qui écrit les livres d’histoire passée, contrôle le futur  par l’influence que l’histoire exerce sur l’esprit des gens, et « qui  contrôle le présent contrôle le passé », ce qui veut dire que, dans la  mesure où les maîtres politiques du moment utilisent leur pouvoir pour  contrôler les livres d’histoire, par là ils contrôlent le futur. Or, ceux qui détiennent aujourd’hui le pouvoir mondial sur la politique  et les médias sont des gens qui veulent instituer un Nouvel Ordre  Mondial sans Dieu. Aussi comprennent-ils parfaitement George Orwell.

Pour cette raison, ils ont fabriqué une version de la Seconde Guerre  mondiale affreusement falsifiée, jusqu’à la faire coïncider avec une  religion fabriquée de toutes pièces. Ce qu’ils veulent, c’est remplacer le christianisme. Beaucoup pensent aujourd’hui que la vérité n’a pas  beaucoup d’importance et que le christianisme n’a pas beaucoup  d’importance non plus ; de ce fait, ils supposent que, si le Nouvel  Ordre Mondial prenait le pouvoir, ils ne devraient pas avoir de  problèmes particuliers. Mais en fait, ils vont subir de plein fouet une  tyrannie mondiale, une sorte de prélude à l’Antichrist. Par contre,  instruit par les 72 ans d’horribles souffrances de la Russie vécus par  les Russes sous le joug du communisme impie, Soljenitsyne n’a-t-il pas  mis en garde contre la construction d’une nation, d’un continent ou d’un  monde sur le mensonge ? De même, le Professeur Faurisson avait horreur  des gens qui fondaient leur monde sur le mensonge ; il a consacré sa vie  à rétablir la vérité. Et en le persécutant pendant des dizaines d’années  alors qu’il disait simplement la vérité, ses pauvres ennemis ont  administré la preuve de l’importance et de l’efficacité de ce qu’il  faisait.

De plus, il n’attendait aucune récompense céleste pour son dévouement à  la vérité, car il se disait athée. Pourtant, il aimait les enfants, il  n’a jamais refusé une bénédiction, et il en était même heureux. Mais  désormais, comme le remarquait l’une de ses sœurs, après avoir dû se  présenter devant une série de juges injustes, presque tous agenouillés  devant le Nouvel Ordre Mondial, il a paru devant le Juge Suprême, le  Juste Juge : Notre divin Seigneur. Comment Notre Seigneur l’aura-t-il  jugé ? Deux choses sont certaines : premièrement, rien dans toute sa vie  n’aura été aussi important que ce jugement, et deuxièmement, son mérite  était grand devant les hommes, mais ce n’est pas la même chose que de  mériter devant Dieu. Que Dieu lui ait octroyé, au tout dernier moment,  une grâce spéciale de conversion n’est pas exclu… Espérons donc, et  prions pour le repos de son âme. Mt. XXI, 28–29 nous donne plus que le  droit de faire ainsi.

Kyrie eleison.

Mgr Richard Williamson

Source : https://stmarcelinitiative.com/eleison-comments/?lang=fr

Pierre Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?