Accueil » Actualité » Actualité internationale » Péninsule Coréenne: Washington envisagerait une opération sous fausse bannière

Péninsule Coréenne: Washington envisagerait une opération sous fausse bannière

Ce lundi, les États-Unis ont accusé Pyongyang d’être à l’origine de la cyberattaque mondiale « WannaCry » qui avait affecté en mai des centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde. Ce n’est pas la première fois que Washington pointe du doigt le régime communiste de Kim Jong-un. Pourtant, certains experts estiment qu’il pourrait s’agir d’une opération sous fausse bannière.

La Maison Blanche a déclaré d’avoir établi la responsabilité de Pyongyang avec « un haut niveau de certitude », mais sans procurer de preuves.

En effet, c’est une attitude adoptée par les États-Unis depuis longtemps. Il est suffisant de rappeler le cas de l’Irak où George W. Bush, alors président américain, avait déclaré que Saddam Hussein « possède et produit des armes biologiques tout en poursuivant un programme d’armes nucléaires ». Mais 13 ans après, le rapport des services américains de renseignement rendu public a dénoncé le mensonge de la Maison Blanche.

La ligne rouge est franchie

Les relations entre Washington et Pyongyang se sont considérablement détériorées après le tir nord-coréen d’un nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) capable de frapper le continent américain. Désormais, des déclarations guerrières se multiplient et les adversaires se montrent déterminés à riposter en cas de provocation.

En février 2018, la Corée du Sud accueillera les Jeux Olympiques d’hiver. Plusieurs centaines de sportifs doivent arriver à Séoul, y compris ceux des États-Unis. Les compétitions se dérouleront à proximité de la zone démilitarisée qui divise la péninsule coréenne. Une attaque orchestrée par Washington sous fausse bannière peut servir de prétexte pour entamer le conflit militaire, surtout s’il y a des victimes parmi les Américains. Or, les États-Unis ne tolèrent pas le meurtre de leurs citoyens, et ce sera un bon motif pour montrer du doigt le régime de Kim Jong-un et envahir la Corée du Nord. D’autant plus que les détails de ce projet-là ont été déjà précisés par l’amiral Michael J. Dumont, vice-directeur de l’état-major interarmées du Pentagone. Washington ne manque jamais une occasion pour défendre ses intérêts.

Et il y en a de nombreux exemples, l’un en fut une attaque en mer simulée par les États-Unis en 1964, pour en accuser les Nord-Vietnamiens. Ces « incidents du golf du Tonkin » ont servi de prétexte au déclenchement de la guerre du Vietnam.

Qui empêchera Washington de mettre en œuvre un scénario similaire avec la Corée du Nord ? Certes, les États-Unis n’envisagent pas d’avertir Séoul. D’après l’oncle Sam, c’est un acte de noblesse, détruire le pays pour le sauver.

Maria Haros

Pierre Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?