Accueil » Culture » 23 mars 1919 : création des Faisceaux italiens de combat

23 mars 1919 : création des Faisceaux italiens de combat

« Il sera créé l’anti-parti, naitront les Faisceaux de combat qui feront front à deux dangers;  celui misonéiste de droite et celui destructif de gauche »

                                                                               Il Popolo d’Italia du 9 mars 1919.

Dès 1914, certains interventionnistes se regroupent autour du manifeste des Faisceaux d’action internationaliste, signé par Michele Bianchi, qui participera au quadriumvirat de la Marche sur Rome, Angelo Olivetti.

Le 11 décembre 1914, les Faisceaux d’action internationaliste fusionnent avec les Fasci autonomi d’azione rivoluzionaria (Faisceaux autonomes d’action révolutionnaire), fondés par Mussolini, qui participe à la campagne interventionniste pour l’entrée en guerre de l’Italie. Mais le véritable coup d’envoi de la campagne interventionniste est lancé par le poète Gabriele D’Annunzio, lors de son discours du 5 mai 1915 au Quarto, près de Gênes.

À son retour du front, Benito Mussolini reprend l’activité politique et nationaliste, regroupe autour de lui des interventionnistes et nationalistes de tous bords. Les nationalistes agitent le thème de la « victoire mutilée », réclamant les terres irredentes.

Le 7 janvier 1919, le futuriste Mario Carli, proche de l’ultra-nationalisme, crée à Rome la première association d’ arditi, composée des troupes de choc de la Première guerre. Quelques jours plus tard, une deuxième association d’ arditi est créée à Milan, à l’appel du poète futuriste Marinetti et du capitaine des sections d’assaut Ferruchio Vecchi. Ces différentes associations d’anciens combattants, qui comprennent aussi le futuriste Giuseppe Bottai, se fédèrent au niveau national à la fin du mois de janvier 1919.

Dans le cadre de la constitution de ces associations nationalistes, Mussolini et son journal, le Popolo d’Italia, organisent une réunion à Milan, le 21 mars 1919, qui regroupe une soixantaine de personnes.  Le but est de créer, dans une optique antiparlementariste, un mouvement qui perpétuerait l’inspiration révolutionnaire de la guerre, fidèle à l’interventionnisme. L’assemblée est hétéroclite, regroupant aussi bien les arditi de Ferruchio Vecchi que des anarcho-syndicalistes, attirés par la phraséologie révolutionnaire, et des interventionnistes de gauche, qui se reconnaissent en la personne de Mussolini. La réunion accouche du Faisceau milanais de combat, dont le bureau inclut Mussolini, Vecchi, et Michele Bianchi, un dirigeant anarcho-syndicaliste de l’ Unione Italiana del Lavoro (UIL), expulsé de l’ Unione Sindacale Italiana en raison de ses positions interventionnistes pendant la guerre.

Le terme Fascio (« Faisceau »), équivalent italien des ligues, évoque à la fois la nostalgie de la guerre et les aspirations révolutionnaires des faisceaux siciliens de 1893-1894.

Deux jours plus tard, le mouvement prend une ampleur nationale. On convoque une assemblée générale, le 23 mars 1919, dans une salle de la piazza San Sepolcro à Milan. 119 personnes répondent à l’appel, dont les futuristes Mario Carli, Marinetti et Giuseppe Bottai. Outre Mussolini, Italo Balbo, Cesare Maria De Vecchi, Emilio De Bono et Michele Bianchi, le futur quadrumvirat de la marche sur Rome, sont présents, ainsi que Roberto Farinacci, futur secrétaire du Parti national fasciste. Ils décident alors de créer les Faisceaux italiens de combat (Fasci italiani di combattimento) à la suite d’une réunion houleuse au bout de laquelle ils se mettent d’accord sur un programme.

Jacques Lacroix

Commentaires (1)

  1. Alberto Da Giussano dit :

    Je profite de l’occasion pour vous donner quelques infos et mes impressions personnelles de sympathisant de Forza Nuova faisant suite aux élections générales qui se sont tenues en Italie le 4 mars dernier.
    Grace à la présence active et assumée de mouvements comme Forza Nuova, CasaPound et aussi de Fratelli d’Italia (faisant partie de la coalition de ‘’centre droit’’, ce qui pourrait sembler curieux en France et pour un mouvement que Marine Le Pen juge ‘’infréquentable’’ …) -mouvements qui ont par ailleurs tout à gagner à comprendre qu’il ne faut pas confondre les valeurs morales des anciens romains, celtes et germains avec le messianisme maçonnique des héritiers jacobins de 1789- la fierté légitime des Nationalistes italiens est en phase de retrouver son droit à exister et à dépasser les terribles séquelles post-1945 …
    Surement qu’à première vue les scores de :
    – Forza Nuova / Fiamma Tricolore (Italia agli italiani) : 126.207 votes – 0.4 % ;
    – Casapound Italia : 310.793 votes – 0.9 % ;
    (et de Fratelli d’Italia : 1.426.564 votes – 19 sièges à la chambre des députés – 4.3 %) peuvent sembler décevants ; mais en réalité il n’en est rien car ces mouvements ont mené de courageuses et excellentes campagnes et ont su renverser la vapeur en paraissant maintenant non plus comme des ‘’damnés’’ de l’Histoire mais comme des forces morales d’avenir et de fierté retrouvée !
    Pour le reste la Lega est à présent le parti majoritaire dans la coalition de ‘’centre droit’’, loin devant le Forza Italia de Berlusconi, et ceci rapporté en pourcentage à l’ensemble de l’Italie (et pas seulement au nord de l’Italie), et est aussi le parti N°1 dans tout le nord de l’Italie.
    Ceci en opposition très nette (toujours cette permanence Italie du nord / Italie du sud) avec un Movimento 5 Stelle, qui n’est qu’un soufflet gonflé avec tout et son contraire et qui ne peut que se dégonfler à l’usage, dont le succès est limité à l’Italie méridionale -et aussi curieusement à un Val d’Aoste culturellement et ethniquement valaisan / savoyard- où il n’est dû qu’à ses côtés bobos-gauchos-populiste et à ses promesses de donner 800 euros minimum et à vie à tous les ‘’citoyens’’ italiens (et résidents immigrés ?) ayant renoncé à trouver un emploi …

    Post-scriptum : Pour avoir une vision détaillée des résultats voir les cartes ci-dessous :

    https://elezioni.repubblica.it/2018/cameradeideputati?map=u&ref=RHPPTP-BH-I0-C6-P2-S1.6-T1#map

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c8/Italian_2018_elections_Chamber_of_Deputies_constituencies.svg/280px-Italian_2018_elections_Chamber_of_Deputies_constituencies.svg.png

    http://www.ilpopulista.it/resizer/750/-1/true/1520436141261.jpg–l_ultimo_muro.jpg
    L’ultimo muro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?