Accueil » Culture » 5 juillet 1962 : massacre d’ Oran

5 juillet 1962 : massacre d’ Oran

Depuis le 1er juillet, des manifestations musulmanes ont salué joyeusement l’indépendance. Sur Radio-Alger, le GPRA appelle à de grands rassemblements pour le 5 juillet, jour de la proclamation de l’indépendance.

Il reste à Oran, le 5 juillet, environ 100 000 Européens. Ils bénéficient, en principe, de la garantie de leur personne par les accords d’Évian.

On ignore qui prend l’initiative du massacre d’Européens qui va suivre. En revanche, concernant son déroulement ainsi que les enlèvements, les témoins sont unanimes à mettre en cause l’ALN, les ATO et des civils équipés de pistolets et de couteaux. Tous ces hommes armés agressent les Européens qu’ils rencontrent, dans un déchaînement meurtrier. C’est une véritable chasse à l’homme qui s’organise. Elle va mettre à feu et à sang de nombreux quartiers européens. Les hommes armés se ruent sur les immeubles, enfoncent les portes des appartements, ouvrent le feu dans les restaurants, arrêtent, enlèvent, égorgent, au hasard des rencontres. Des rafales de mitraillette balaient les terrasses des cafés, les porches, les voitures.

 Les premiers rapts sont signalés vers 12 h 10 : une centaine d’Européens sont dirigés sur Ville-Nouvelle (quartier musulman du centre). Puis, la poste principale est envahie, les fonctionnaires présents sont égorgés et une trentaine de personnes, hommes et femmes, sont enlevées, contraintes de se déplacer à genoux. Les hommes de l’ALN quadrillent la ville. Ils enlèvent des personnes, et les regroupent. C’est ainsi qu’ils conduisent des Européens en cortège au commissariat central, ou vers Petit-Lac (quartier musulman, au sud-est), où sont pratiqués des assassinats de masse. Certains de ces prisonniers sont tués en chemin. D’autres sont sauvés par des musulmans.

 Le général Joseph Katz, qui commande les 18 000 soldats français encore à Oran, survole la ville à plusieurs reprises. Il téléphone au président Charles de Gaulle pour l’informer de l’ampleur du massacre et demander l’autorisation d’intervenir. « Surtout, ne bougez pas ! » lui est-il répondu. Par les accords d’Evian, en effet, le gouvernement français a accepté – contre l’avis des militaires – que le maintien de l’ordre relèverait exclusivement des autorités algériennes à compter du jour de l’indépendance. Les soldats restent donc dans les casernes.

Au soir de cette journée, la Grande Zohra apparaît comme prévu à la télévision, et proclame l’indépendance de l’Algérie.

On parle dans les semaines qui suivent de plusieurs centaines de morts. Les représentants des pieds-noirs évoquent le chiffre de 2 000 non compris quelques centaines de disparus… Des disparus qui seront signalés plus tard dans les mines de l’Algérie, dans des prisons, des maisons closes et des bars à soldats…

Ce massacre achève de terroriser la population civile européenne. Il lui montre qu’elle est privée de protection. Il lui montre la fragilité de son statut, défini par des accords d’Évian qui sont remis en cause d’un côté comme de l’autre. Le massacre suscite le désespoir des Européens, dont l’exode prend alors un tour définitif.

Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone
Pierre Olivier

Commentaires (3)

  1. C.Alias dit :

    vive de gaulle….

    CE lâche, déserteur en temps de guerre, qui a fuit la France pour aller se réfugier en Angleterre où il n’était pas aimé, même par CHURCHILL qui le considérait comme un misérable traître.

    Il avait promis que la France resterait telle-quelle de Dunkerque à Tamanrasset, résultat il a donné l’ordre à ses sbires de signer les accords d’Evian et d’ABANDONNER l’Algérie à des sauvages sans foi ni loi qui viennent maintenant COLONISER la France.

    les Français avaient apporté la civilisation, eux n’apportent rien en échange, si ce n’est que la destruction de notre système de vie, de notre religion, de nos lois ETC…..C.

    • bernard costa dit :

      Toute ma famille a vécue a Maison Carré prés D’Alger et ont été obliger de partir a cause de ce salopard de DE Gaulle qui a céder L’Algérie A des assassins a qui il faudrait leurs faire des excuses. Le pire c’est que encore aujourd’hui la France vénère toujours ce guignol qui soi disant a libéré la France.Il faudrait peut être que les Français approfondissent de quelle façon ce déserteur a pus entrer a Paris en glorieux libérateur.

  2. jordan dit :

    Un événement, une tragédie que nos parents, grands-parents ont connu et donc c’est aussi notre histoire à nous enfants et petits-enfants…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?