Accueil » Culture » Citations » Jose Antonio Primo de Rivera – Démonter le capitalisme

Jose Antonio Primo de Rivera – Démonter le capitalisme

« Nous devons commencer par l’homme et passer par ses unités organiques et ainsi nous monterons de l’homme à la famille, de la famille à la municipalité et au syndicat et nous terminerons dans l’État qui sera l’harmonie du tout. De telle manière que dans cette conception politico-historico-morale avec laquelle nous envisageons le monde, nous avons implicitement la solution économique : nous démonterons l’appareil économique de la propriété capitaliste qui absorbe tous les bénéfices pour le remplacer par la propriété individuelle, familiale, communale et syndicale. »

Jose Antonio Primo de Rivera

Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone
Pierre Olivier

Commentaires (5)

  1. linaura catalina buzea zarnescu dit :

    je me réjouis que ne pas le connaissant je pense EXACTEMENT IDENTIQUE par rapport a l être humain, famille, commune, l ‘Etat l’économie, l’harmonie sociétale…l harmonie de l’humanité entière…
    n’oublions pas que fondamentalement, toutes les lois de la science, que celle ci soit les lois de mathématiques, physiques, chimie, de toute la science, qui portent le nom de SOCRATES ARISTOT PLATON (qui nous a laissé en heritage la res publica et l etat)PYTAGORA TALLES EISTEIN TESLA ATCHIMEDE LAVOISIER ET TOUTE LA PANOPLIE DE GRANDS HOMMES DE SCIENCE sont des lois tout faites; découvertes pas ceux qui donnent leurs noms… mais les lois sont des lois, existantes depuis toujours, et qu’avec ces lois, DIEU A FAIT LE MONDE… nous ne faisons que les découvrire… et oh combien sont encore a découvrir…

    ORDRE DU MONDE CONSISTE DANS L ENCHAINEMENT DES COMPOSANTES DE LA VIE DE L HOMME – qui, ces lois, sont – QUI CREENT L HARMONIE ET LA PAIX… DANS SON INTERIEUR ET AUTOUR DE SOI…
    LUMIERE AMOUR ET CONSCIENCE… !

  2. Unodier dit :

    Debut du proces devant la Haute Cour de Calin Tariceanu, ancien Premier ministre de Roumanie, accuse de parjure dans une affaires de corruption impliquant le Prince Paul, ainsi que Tal Silberstein, Beny Steinmetz et Moshe Agavi.
    http://www.romania-insider.com/court-romanian-senate-president-can-tried-lying-oath/

    Une émission à charge contre la police de Sylvain Kahn (fils d’Olivier, neveu d’Axel et Jean-François), « professeur à Sciences Po » (proche de feu Richard Pepy-Descoings), fait reagir les auditeurs.
    http://mediateur.radiofrance.fr/rendez-vous/la-police-trop-violente/

    Élisabeth Badinter, présidente du 43e Prix du Livre Inter. Elle a récemment préfacé « Une France soumise » de Georges Bensoussan, et Odile Jacob a (fort obligemment) édité en poche son essai « Fausse route ».
    http://www.livre-hebdo.eu/article/elisabeth-badinter-presidente-du-43e-prix-du-livre-inter

    « Ainsi, le juge a fixé une indemnité que devra payer Monsieur Bonvoisin à Monsieur Krief au titre des revenus générés par l’exploitation de la marque « Trust », de sorte que tout le monde devrait être satisfait… »
    http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/63429/bernie-bonvoisin-autorise-a-exploiter-la-marque–trust–a-titre-exclusif.shtml

    Nombre de Français victimes de la maladie du soda : Six millions. Et gare aux bouteilles explosives !
    http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Vu-dans-la-presse/20299-Six-millions-de-Francais-victimes-de-la-maladie-du-soda
    http://fr.ubergizmo.com/2017/02/22/sodastream-bouteilles-explosives.html

    Myriam Levain attaque les promo vacances dans le Monde (Louis Dreyfus).
    http://www.lemonde.fr/m-voyage/article/2017/03/09/la-belle-vitalite-de-tel-aviv_5091699_4497613.html

  3. Georges Montaigne dit :

    Jose Antonio primo de Rivera a été fusillé par les « républicains », en fait des communistes. mais s’il avait vécu, il aurait été fusillé, emprisonné ou exilé par le général Franco. le projet politique du général Franco n’avait absolument rien à voir avec celui de Primo de Rivera. de même Frederico Garcia Lorca a été fusillé par les nationalistes franquistes. mais s’il avait échappé à cette mort, Garcia Lorca aurait été fusillé ou torturé jusqu’à la mort par les communistes à la solde de Staline qui voulait faire de l’Espagne un Etat satellite de l’URSS. en septembre 1939, l’Espagne communiste, sur ordre de Staline, se serait alliée avec Hitler et Mussolini contre la France.

    • Lacuson dit :

      « l’Espagne communiste, sur ordre de Staline, se serait alliée avec Hitler et Mussolini contre la France. »
      Attention ! l’Histoire est écrite par et pour les vainqueurs et la IIème guerre mondiale a été déclarée non pas par l’Allemagne mais belle et bien par les Alliés.
      Sans l’étonnant autant que contre nature et empoisonné pacte germano-soviétique signé entre l’URSS -et l’international-communiste- et l’Allemagne, il est peu probable que celle-ci aurait envoyé ses troupes occuper le couloir de Dantzig …
      En fait ce pacte germano-soviétique était nécessaire pour obtenir de l’Allemagne qu’elle tombe dans le piège de la 2ème guerre mondiale déclarée contre elle, suite à ce ‘’casus belli’’ (pourtant d’ordre très local), par les Anglo-américains (et accessoirement par le gouvernement socialo maçonnique français) et par l’URSS par la suite et traîtreusement (URSS qui put toujours compter sur un financement aussi massif qu’occulte des grandes dynasties bancaires apatrides de la City et de Wall-Street).
      Ni les Allemands, ni les Italiens (ni les japonais aussi, mais l’impérialisme japonais était lui aussi à abattre) ne voulaient d’une guerre mondiale mais les Anglo-américains (et la « gauche » française, enfin certains cercles directeurs de ces 2 Nations) si.
      Le déclenchement de la guerre entre la Pologne et l’Allemagne avait fourni aux Alliés le ‘’casus belli’’ tant désiré pour pouvoir entrer en guerre dans la position louable de défenseurs d’une nation agressée.
      Dans la foulée les soviétiques annexèrent plus de la moitié de la Pologne (exterminant ses élites –dans le bon sens du terme- à Katyn), ré annexèrent la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie et la Moldavie, … agressèrent la Finlande … sans qu’aucune des nations’’ démocratiques et vertueuses’’ n’y voient de casus belli.
      Il n’y eut pas de déclaration de guerre, ni allemande, ni soviétique, préalable à l’opération Barbarossa.
      Cette opération fût décidée dans l’urgence par l’État-major allemand et par Hitler lui-même suite à des provocations des soviétiques, notamment sur les confins moldaves de la Roumanie. En fait même (cela est un secret de Polichinelle comme celui sur les réels responsables du génocide des élites polonaises à Katyn en Biélorussie, dont quasi personne ne crut jamais en Pologne à la version officielle) la Roumanie était convaincue de l’imminence d’une invasion soviétique.
      Suite à l’annexion de la Moldavie, l’URSS n’avait en effet cessé de faire monter la tension et avait sciemment laissé fuir des renseignements sur la préparation d’une offensive massive. Possiblement aussi vers les Balkans où les armées allemandes et italiennes engagées en terres hostiles se seraient retrouvées coupées de leurs arrières. 
      Là aussi l’on peut mesurer tout le cynisme et l’agressivité des bolcheviques qui eux aussi à l’instar des ‘’américains’’ désiraient ardemment en finir d’avec les nations et nationalismes européens … dussent-ils pour cela y sacrifier de braves prolétaires français du P.C.F. (idem en Espagne et ailleurs) qui furent cette fois encore de parfaits idiots utiles sacrifiés avec un parfait cynisme par des  »élites » qui les ont toujours méprisé.

  4. Lacuson dit :

    Depuis la Franche-Comté (laquelle fût  »terre d’Empire » -le Saint Empire romain germanique de Charles Quint -d’où mon avatar- jusqu’à son annexion définitive au Royaume des trois fleurs de lys de Louis XIV) et pour mes amis de Jeune Nation :
    Parlons-en de l’Histoire de ces Espagnes, celles d’aujourd’hui (avec la Catalogne -politiquement très à gôche- qui s’apprête à déclarer son indépendance pour septembre 2017) ; comme de celle d’avant et de celle de pendant la WW2 (avec sa division Azul oubliée devant Leningrad, puis dissoute … trahie par Franco) :
    Je n’ai jamais été emballé par le franquisme …. son seul mérite ayant été de mettre fin aux terribles massacres et autres exactions des gauchiasses de l’époque, lesquels étaient incroyablement identiques à nos fils à papa gôchistes d’aujourd’hui. Pour le reste le franquisme a complètement stérilisé et occulté dans l’esprit des espagnols d’aujourd’hui (et aussi des portugais, bien que Salazar était en fait très différent) tout désir d’un mouvement véritablement nationaliste, chrétien, social et populaire.
    Franco (un marrane ?), le franquisme et sa clique de militaires, n’avait que peu à voir avec des gens animés par un élan spirituel incontestable (contrairement au portugais Salazar, lequel était un parfait honnête homme).
    Il s’agissait principalement de militaires obtus et conservateurs dont le seul but était de rétablir l’ordre et de préserver la bourgeoisie et l’unité de l’Espagne, même si en apparence ils étaient de disciplinés catholiques pratiquants … en fait de parfaits conformistes parfaitement lâches devant Dieu et devant leurs âmes.
    Une fois ce but atteint Franco se garda bien de se compromettre de trop avec aucun mouvement ou gouvernement nationaliste pendant la WW2, allant même jusqu’à faire capoter tous projets concernant Gibraltar, ce qui devait se révéler fatal pour les pays de l’axe.
    En 1936 le seul mouvement profondément catholique et véritablement nationaliste et populaire en Espagne était constitué par un parti fondé en 1934 par José Antonio Primo de Rivera, la Phalange, très en pointe dans la défense des ouvriers espagnols par l’entremise d’un syndicat, le Jons (Juntes d’offensive national).
    José Antonio Primo de Rivera fût arrêté et emprisonné par le gouvernement républicain du ‘’Frente Popular’’ (nommé en 1936 sans avoir obtenu pourtant de majorité claire aux élections) suite à des émeutes meurtrières qui virent son mouvement décimé et ses principaux dirigeants survivants (c’est-à-dire non massacrés par les ‘’larbins gauchiasses antifas’’ d’alors) emprisonnés et exécutés eux-aussi.
    Par la suite, bien qu’emprisonné et sentant sa mise à mort probable et souhaitée par tous les conformistes à front de taureau d’Espagnes, gauchiasses autant que franquistes, il se garda bien de prendre parti pour le coup d’état militaire franquiste et se proposa même comme conciliateur dans l’intérêt de l’Espagne.
    Ce qui n’empêcha en rien son exécution sans autre forme de jugement par les ‘’républicains’’ le 20 novembre 1936 dans la cour de la prison d’Alicante.
    Après lui la quasi-totalité des cadres de son mouvement furent également exécutés.
    Le Général Franco ne fût pas le dernier à s’en réjouir à ce qui c’en est dit alors…

Répondre à Georges Montaigne Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?