Accueil » Culture » Dr Henri Roques 10 novembre 1920 – 16 mars 2014

Dr Henri Roques 10 novembre 1920 – 16 mars 2014

henri-roquesHenri Roques est né à Lyon le 10 novembre 1920. Il s’engagea dans plusieurs mouvements nationalistes, depuis le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat durant la guerre, le mouvement Citadelle et les Phalanges françaises, dont il fut le secrétaire général, durant les années cinquante, jusqu’au Front national (FN). Il y milita avec son épouse durant les années 1980.

Ingénieur agronome, il s’est intéressé aux études révisionnistes à partir de 1955, date à laquelle il découvrit Le Mensonge d’Ulysse de Paul Rassinier. C’est ce dernier qui lui parla du « rapport Gerstein » dont il est devenu le meilleur spécialiste. Après son départ à la retraite, il a présenté avec succès une brillante thèse universitaire en littérature comparée en 1985 à l’université de Nantes. Il y disséquait les différentes versions proposées du « témoignage » de Kurt Gerstein et concluait à l’impossibilité d’utiliser ce document dans le cadre des études historiques, comme le faisaient sans vergogne les prétendus historiens juifs.

Il obtint cette thèse malgré de multiples obstacles : son premier directeur de thèse ne put former de jury, tous se récusant malgré l’excellence de la thèse, apeurés par le caractère explosif de la thèse remettant en cause le dogme de la “Shoah”. L’obtention de la thèse, avec la mention « très bien » et les félicitations du jury, mobilisa toute l’anti-France : le Dr Roques fut l’objet d’une violente campagne de haine.

« Mon premier but est très simple : servir la vérité. J’ai voulu offrir aux historiens des textes intégraux auxquels ils puissent accorder leur confiance. J’ai voulu leur éviter de tomber dans les erreurs de leurs prédécesseurs. Mon second but : contribuer quelque peu à ce que l’école révisionniste, qui se consacre à mettre l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en accord avec les faits, se voit reconnaître un droit de cité dans l’Université »

avait-il déclaré lors de la soutenance de sa thèse, publiée par la suite par la librairie Ogmios.

« Céline, notre grand Louis-Ferdinand Céline, a trouvé un magnifique adjectif pour qualifier les chambres à gaz […] Il a parlé des ‘magiques chambres à gaz’. En effet pour pénétrer dans le monde des chambres à gaz, il fallait un maître magicien et Gerstein fit parfaitement l’affaire. […] J’ai considéré et étudié le document Gerstein dans six versions comme n’importe quel autre document auquel on prétend donner une valeur historique ».

Le docteur Henri Roques a poursuivi les années suivantes son travail d’étude historique. Il dirigea la Revue d’Histoire révisionniste de 1990 à 1992, qui fut interdite par la dictature après l’adoption de la loi juive liberticide Fabius-Gayssot après deux années de persécutions (dès le premier numéro en 1990, le ministre de l’Intérieur Pierre Joxe la fit interdire de distribution aux mineurs, de publicité, etc.). Il a également publié plusieurs ouvrages, notamment sous le pseudonyme d’André Chelain.

Le Dr Henri Roques était hospitalisé depuis une semaine à l’hôpital Louis-Mourier de Colombes pour une double embolie pulmonaire. Il s’y est éteint dimanche, à l’âge de 93 ans, le 16 mars 2014.

Le 15 septembre 2012, le Dr Henri Roques était interviewé par Vincent Reynouard :

About Erwin Vétois

Erwin Vétois est rédacteur en chef de Jeune nation depuis la relance du site du journal en août 2013. Ses sujets de prédilections sont l'actualité nationaliste en général, européenne en particulier.
Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone

Commentaires (5)

  1. Greld dit :

    C’est un grand militant de la vérité qui vient de nous quitter dans un silence assourdissant.

    Ce qu’il restera de Henri Roques ?
    Sa thèse, la fameuse thèse de Nantes :  »Les confessions de Kurt Gernstein », un cas unique de censure dans l’histoire universitaire, toujours disponible en pdf sur Internet.

  2. Greld dit :

    Les confessions de Kurt Gernstein de Henri Roques , disponible ici.

  3. Italo Vernazza dit :

    Avoir connu le docteur Rocques fut un privilège. C’était un homme de bien. Sa thèse est un remarquable travail; une étude comparée digne d’un bénédictins. Elle lui survit — et lui survivra encore longtemps. Les pourcentages de notre ennemi se dissolvent lorsqu’il part en engrais (de qualité très discutable).

  4. phantom dit :

    un chercheur d’exception pourchassé car il disait la verité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?