Accueil » Culture » Citations » Hommage à Pedro Varela 

Hommage à Pedro Varela 

Sur les rayons de livres à l’ombre de Sénèque,

Qui enchantait l’esprit redécouvrant l’Espagne

Dans cette étroite rue* honorant le tragique,

Le lecteur  franchissait une sorte de ligne :

 

L’Europe y appelait des lecteurs d’Amérique,

Le Germain se pressait et  découvrait sa foi

Dans les textes espagnols qui respirent l’épique,

Quand  Calderon** déchire un Vouloir vivre étroit !

 

L’Islam était présent dans la revue Handschar

Imprimée en Galice, et des sabres bosniaques

Sur des visages glabres était comme Sahar

Ou l’aube précédant la journée fatidique !

 

Cependant un  ouvrage aura marqué chaque   âme,

En délaissant l’esprit voletant près des tombes,

Non point épais, mais s’élevant en flamme

Attiré par le Ciel et qu’Apollon dérobe

 

Aux démons inférieurs alourdissant la chair :

Il contient des maximes et cette  image forte

De Caspar David Friedrich, le peintre  toujours clair

Dessinant le sublime dont l’art  de cette sorte

 

Apprend à la jeunesse accueillie par Pedro,

A être rigoureuse et  berceau de héros !

Pierre Dortiguier

N.B. : Calle Seneca où était la librairie Europa de Pedro Varela dont on a célébré le soixante et unième anniversaire, le 9 octobre. Un recueil de maximes pour l’édification de la jeunesse y était vendu orné d’un tableau romantique de Caspar David Friedrich! Il  représentait des soldats de la Première Guerre, des Impériaux allemands  priant dans une église reconstruite par eux dans le nord de la France.

Pierre Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?