Accueil » Géopolitique » Balkans: la « question albanaise », le casse-tête de Washington

Balkans: la « question albanaise », le casse-tête de Washington

L’intervention de l’OTAN menée par Washington en Yougoslavie dans les années 90 a plongé la région dans en plein chaos. Leur campagne de bombardement a tué des centaines de civils et détruit des immeubles d’habitation, des fermes, des écoles, des hôpitaux, des églises et des ponts. La guerre du Kosovo a ouvert une boîte de Pandore et créé la menace d’une Grande Albanie.

L’idée d’une Grande Albanie s’est développée au XIXe siècle, alors que l’Empire ottoman était encore présent dans les Balkans. La Grande Albanie est un projet nationaliste visant à réunir au sein d’un même État tous les albanais se trouvant dans des États voisins de l’Albanie. Il s’agit notamment du Kosovo-et-Métochie, de la région de Preševo, des territoires en Macédoine, au Monténégro et en Grèce.

Le plus dangereux, c’est que ce virus du nationalisme ethnique est difficile à contrôler. En effet, après la proclamation de l’indépendance du Kosovo, les nationalistes albanais ont les mains libres. Et ils se sentent bien à l’aise d’utiliser la question d’une grande Albanie comme un outil politique.

Ainsi, lors de son entretien accordé au portail Politico, le premier ministre albanais, Edi Rama n’a pas exclu la possibilité d’unification de l’Albanie et du Kosovo «si la perspective de l’adhésion des pays des Balkans à l’UE continue de s’éloigner». Le président du Kosovo, Hashim Thaçi, a également déclaré que l’unité nationale reste une alternative si l’UE ne veut pas des Albanais. Les propos que le commissaire européen Johannes Hahn a jugés inacceptables et même contre-productifs ne sont pas nouveaux. Mais ils gagnent du terrain.

Le syndrome du Kosovo s’est répandu dans la région au sein des populations d’origine albanaise. Il est suffisant d’évoquer la crise interethnique très violente faisant 100 à 200 morts en Macédoine en 2001. Cette année même, le pays a connu plusieurs affrontements. Les défilés étaient presque quotidiens à Skopje, la capitale et dans les principales villes du pays. Les manifestants accusaient les Albanais de vouloir fédéraliser la Macédoine, le diviser. Des émeutes risquent également d’éclater en Grèce ou au Monténégro. En effet, de nombreux incidents pareils ont déjà eu lieu dans ces territoires. Suite à cela, le député monténégrin Predrag Bulatović a souligné que «nous sommes témoins d’une action régionale organisée et coordonnée du nationalisme grand-albanais, afin de promouvoir l’idée de la Grande Albanie».

Il est à noter que ces pays Balkans présentent un intérêt géopolitique pour Washington. Quant au Kosovo (d’aujourd’hui) et l’Albanie, ce sont les deux états les plus américanophiles des Balkans. En effet, la politique américaine dans les Balkans est plutôt ambiguë. D’un côté, Washington préfère d’éviter tout conflit dans la région pour ne pas perdre sa puissance. D’autre côté, la République du Kosovo a été créée avec le soutien de l’OTAN dont les nationalistes albanais profitent toujours. De surcroît, la situation s’aggrave par la crise politique qui s’éternise et commence à inquiéter les pays occidentaux, dont les États-Unis. Le dernier gouvernement du Kosovo est tombé en juin, sur un désaccord sur le tracé de la frontière avec le Monténégro voisin, une autre ex-république yougoslave. Et depuis, tout est bloqué. En l’absence de décollage économique, le Kosovo pourrait en effet devenir un foyer islamiste au cœur de l’Europe. Des milliers de jeunes Kosovars, désœuvrés et découragés par l’absence d’avenir, sont partis faire le djihad en Irak ou en Syrie.

C’est une vraie bombe à retardement.

La réponse à la question si le mouvement national albanais représente une menace pour la région est donc évidente. Reste à savoir si Washington a l’intention de mettre de l’huile sur le feu ou de maintenir la paix et assurer la sécurité dans les Balkans ce qu’il avait d’ailleurs proclamé comme sa mission principale à l’époque.

Maria Haros

 

Liens de référence:

https://www.herodote.net/Balkans-synthese-612.php
http://www.stratpol.com/de-la-ralit-de-la-grande-albanie
http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2011/01/derriere-limposture-du-kosovo.html
http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/05/ou-sont-les-grandes-conscience.html
http://www.rfi.fr/emission/20170328-macedoine-skopje-defiles-presque-quotidien-politique-opposition-formation-gouverne
https://www.rtbf.be/info/monde/detail_la-crise-politique-au-kosovo-provoque-des-inquietudes-en-occident?id=9683106

Partager cet article Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on VKShare on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone
Pierre Olivier

Commentaires (2)

  1. agar dit :

    Pendant que Clara Gaymard souligne la volonte d’Arthur Sadoun, Agathe-Gabrielle Heilbronner rend hommage a la loi Cope-Zimmermann.
    https://www.lejournaldugrandparis.fr/womens-forum-sannonce-pleine-forme/

    « Bien prevoir », avec Jonathan Levy, Vincent Cudkowicz, Arthur Azadan, David Taieb, Thomas Schmidt…
    https://www.bienprevoir.fr

    Larry Gordon et Lloyd Levin expliquent qu’ils n’ont jamais eu l’intention d’être « insensibles aux problèmes d’authenticité et d’appartenance ethnique. »
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1528/Cinema/article/detail/3244553/2017/08/29/La-decision-inedite-et-admirable-de-cet-acteur.dhtml

  2. Casenave dit :

    Au Kosovo l’OTAN a laissé faire épuration ethnique trafic d’organes couvre les exactions des albanais dits kosovars contre les serbes a favorisé l’islamisation de cette région pour nuire à la Russie créé les conditions d’un futur conflit les évènements ukrainiens montrent le rôle des USA affaiblir l’UE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?