Accueil » Géopolitique » « Yankee go home ! »

« Yankee go home ! »

Sous ce slogan, des millions de manifestants s’exprimaient régulièrement durant la « guerre froide ».

Mais on l’entend toujours de Téhéran à Caracas et de Budapest à Harare, parce que les Etats-Unis soutiennent encore des oppositions ou des conflits armés dans de nombreuses régions du monde.

Il y a déjà trois ans, lors d’un de mes séjours à Damas, un diplomate syrien me déclarait que « soit on accepte les dollars des USA, soit ceux-ci vous envoient leurs missiles ! » Formule, certes imagée, qui résume bien des situations conflictuelles fondées sur l’odeur du gaz et les intérêts pétroliers en priorité, qui justifie l’équilibre géostratégique des USA.

Au fil du temps et des révélations des hauts responsables américains, on apprend que les Etats-Unis ont créé Al-Qaïda  et Daesh par la suite. Ainsi, selon les témoignages du Général Wesley Clarck, Al-Qaïda a officiellement été soutenu par l’administration Reagan à partir du 27 mars 1985 selon la directive nationale n°166. Les fonds provenaient de la CIA et transitaient par l’Arabie Saoudite qui les envoyait à Ben Laden et aux moudjahidines afghans et leurs amis talibans.

Mais c’est bien dès 1981 que le recrutement, le financement, l’entrainement et l’armement de Ben Laden et consorts avaient été mis en place par les USA et les Séoud, pour contrer l’invasion soviétique en Afghanistan.

Toutes les manigances, désinformations et manipulations concernant l’invasion en Afghanistan, les deux guerres en Irak contre Saddam Hussein, l’intervention en Syrie, l’ingérence en Lybie et ailleurs en Afrique ont été mises au jour par les analyses du groupe Judicial Watch, les études de Grégory R.Copley et celles de Philippe Hugon. Aucun démenti de la part des autorités américaines.

On sait aussi que DAESH synonyme de Al-Dawla al Islàmiyya fi al-Iràq Wa al Chàm (E.I ou ISIS) avait été créé en avril 2006 à Bagdad par le regroupement de 5 branches d’Al-Qaïda. Ce sont les américains qui eux-mêmes ont placé El-Bagdhadi à la tête de cette organisation terroriste en le sortant des geôles de Guantanamo !

Au vu de l’évolution des divers conflits au Yémen, en Irak, en Lybie, au Sahel, en Syrie, en Egypte ou au Liban, on peut se demander si en 2018 l’Europe ne devrait pas changer radicalement de politique envers le monde arabe, alors qu’elle avait suivi aveuglément et naïvement les Etats-Unis et leurs complices du Qatar, de la Turquie et de l’Arabie Saoudite, en aidant les mouvements terroristes et les multiples milices rebelles aux gouvernements souverains.

Non seulement les Européens vont subir une vague d’immigrations incontrôlées, mais ils vont payer le prix du sang, consécutif à leur complaisance envers les djihadistes partis en Irak et en Syrie combattre les  « tyrans » locaux.

Qui peut encore croire aujourd’hui en la sincérité de Donald Trump, parlant de la paix dans le monde ? Ou de J-C Juncker, Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui nous affirment que l’immigration clandestine sera mieux contrôlée ?

Sept ans après l’euphorie des « Révolutions de Jasmin », le décompte des centaines de milliers de victimes de ces crises a masqué le souvenir de la prise de pouvoir des islamistes, l’application de la charia et l’existence de marchés aux esclaves.

OUI, du temps de Ben Ali, de Moubarak ou de Kadhafi, avant le « Printemps Arabe », les populations vivaient mieux qu’aujourd’hui. Comme en Irak, à l’époque de Saddam Hussein, assassiné après un jugement inique !

Il serait temps également que les Etats-Unis cessent de mettre leur nez dans les affaires des autres, qu’ils retirent leurs troupes d’occupation dont les peuples ne veulent plus et qu’ils fassent acte de contrition pour leurs crimes passés.

Que ce soient les banksters de Wall Street, les magnats de la pharmacie et des agro-aliments, les multinationales de la malbouffe et des sodas répugnants ou encore les multimilliardaires des GAFAM, tous ces prédateurs de nos us et coutumes sont réellement les ennemis de l’Europe !

Pieter Kerstens

NB : en 2018 l’Afrique va connaitre plusieurs élections présidentielles, au Mali, en Egypte, au Cameroun, à Madagascar, au Zimbabwe, au Soudan du Sud et en RD Congo. Ambiance garantie…

Pierre Olivier

Commentaires (1)

  1. Italo Vernazza dit :

    Excellente analyse…
    Sam est en phase terminale (la grande pomme s’est fait ronger jusqu’au trognon et la planche à billets ne fait plus de miracles). Les rongeurs se cherchent une autre pomme… Quant à Sam, moribond, il aimerait bien entraîner la vieille Europe dans son agonie (les moribonds répugnent à faire le voyage seuls). Entre les peuples européens qui commencent enfin à comprendre qu’ils n’ont pas plus été « libérés » en 44-45 (pas plus qu’ils ne l’avaient été en 17-18) mais qu’ils constituaient — en fait — des marchés juteux, désormais épuisés et chez qui l’on sent monter enfin la saturation; le reste du monde qui se prépare à donner au grand mâle dominant entré en agonie le coup de pied de l’âne; et les « rageux » obsidionaux qui — comme il sied aux psychopathes — partent en chandelle dans le délire électif… 2018 risque peut être d’être l’année des implacables révélations… mais elle sera certainement celle de tous les dangers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?