Accueil » Actualité nationaliste en Europe » L’appel des nationalistes russes au boycott des élections poutiniennes

L’appel des nationalistes russes au boycott des élections poutiniennes

« Ne participez pas aux actes des ténèbres ! » : l’appel des organisations nationales russes du 06 février 2018

Nous, les représentants des organisations nationales russes, appelons au boycott des soi-disant « élections présidentielles » en mars 2018.

Depuis février 1917, plus de cent ans, la Russie n’a aucun gouvernement légitime. Le pays est dirigé par des terroristes, des assassins, des imposteurs, des voleurs, des maniaques et des fous, se remplaçant périodiquement les uns les autres. Tous sont extrêmement éloignés non seulement du peuple russe, mais également de ses intérêts. Et aucun ennemi extérieur n’a infligé autant de dégats et de chagrin au peuple russe que ces propres dirigeants, prétendant toujours être les exécuteurs de la volonté du peuple.

Par leurs efforts criminels, notre pays est divisé en un certain nombre d’entités pseudo-étatiques qui ont déchiré le corps uni du peuple russe. En conséquence, le peuple russe est devenu le plus grand peuple divisé au monde. Et les dirigeants actuels blanchissent et réhabilitent avec diligence leurs prédécesseurs – les terroristes qui ont pris le pouvoir dans le pays en 1917.

Les imposteurs se partageant la Russie, l’ont assimilé à leur propriété personnelle, et ont tiré des milliards de dollars en exportant et bradant ses richesses.

Et tous ces crimes contre le peuple russe ont été couverts du sceau de ce que l’on désigne comme les « élections », dans lesquelles les mêmes individus responsables du pillage et du démembrement du pays sont « choisies » de façon clownesque.

La participation à des « élections » implique la reconnaissance de la légitimité de ceux qui les organisent et, nous, les patriotes russes, n’acceptons pas de donner de tels droits à ces voleurs et criminels !

Il est également important pour nous de faire observer qu’aucun des candidats présents sur les listes n’a quelque chose à voir avec le peuple russe et ne vise pas à protéger ses intérêts.

Ainsi, la participation à la farce des « élections » ne fait que renforcer la légitimité du régime des kleptocrates et retarder le travail de libération de la Russie des voleurs, car tous les imposteurs qui gouvernent sont guidés par la formule: «Peu importe dans quel sens vont les votes, seule est importante la façon de les comptabiliser »…

La Russie sera libérée par nos forces (RONS),

Union de la Renaissance chrétienne (SCR),

Mouvement Impérial Russe (RID),

Mouvement national-conservateur (ACE).

Pierre Olivier

Commentaires (2)

  1. Boy dit :

    Longue vie à la Grande et Ste Russie. Je comprends pas, pourquoi vous n’aimez pas, Poutine? Attention, simple question. Je ne critique PAS votre magnifique article, je ne me le permettrais pas. Bonne journée !

  2. Saint-Plaix dit :

    Je comprends parfaitement, en tant que royaliste, une certaine exaspération des mouvements nationalistes, et notamment de la mouvance impériale en face des singeries électoralistes démocrasseuses… Néanmoins, la politique de restauration nationale ne doit jamais s’affranchir de la nécessaire prise en compte du contexte présent. En l’occurrence, je ne connais aucun homme politique qui ait fait autant en Russie, pour la restauration nationale, que l’a fait Poutine… Je ne dis pas c’est le tsar incarné, je soutiens seulement que personne d’autre que lui n’a pris le risque politique et n’assumé le pari d’imposer les mesures qui ont permis la remise à l’honneur des valeurs de la Russie Eternelle, la restauration de l’Eglise dans ses prérogatives, la reconnaissance historique des massacres communistes et la glorification de la famille impériale reconnue martyrisée…
    Cela mérite considération…
    Sans Poutine, les mouvements communistes, toujours très virulents; auraient certainement repris le pouvoir en Russie et le Mouvement Impérial Russe serait exilé comme le fut l’Eglise Russe « Hors les murs »…
    Il ne faut pas l’oublier…
    Que Poutine ne soit pas la panacée, n’est pas la question… La vraie bonne question est de savoir apprécier le moindre mal… Ici boycotter les élections me parait une erreur politique car le contexte l’impose, et ne pas soutenir Poutine aujourd’hui est une faute (au sens de Talleyrand). La restauration nationale impériale russe ne peut se permettre de faire l’impasse dessus: ce qu’il a déjà accompli à ce jour plaide plutôt en sa faveur non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?